Jusqu’à présent, les travaux de recherche sur l’apport de la télédétection pour la prospection archéologique étaient principalement menés sur les zones d’estran et de l’arrière littoral. Pourtant, la nécessité de cartographier le patrimoine archéologique, pour en assurer sa protection, ne se limite pas au niveau des plus basses mers. Les récents travaux méthodologiques sur la documentation du site mégalithique immergé d’Er-Lannic (Morbihan) [1] ont ouvert la voie à l’usage de l’imagerie hyperspectrale pour la détection et caractérisation de structures sous-marines en zone de petits-fonds.

Ces dernières semaines, des échanges initiés conjointement par Hytech-Imaging, le laboratoire LETG Rennes (UMR6554), le DRASSM (Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines) et le SRA Bretagne (Service Régional de l’Archéologie), ont permis d’engager une collaboration avec les équipes de la SAMM (Société d’Archéologie et de Mémoire Maritime). Cette rencontre pluridisciplinaire (cartographes, plongeurs, archéologues, hydrographes, gestionnaires du patrimoine, …) s’est concrétisée sur le terrain par une opération de plongée de vérification sur une anomalie dans le golfe du Morbihan, début février.

Il y a quelques années, la détection d’une structure particulière aux dimensions monumentales à plusieurs mètres de profondeur avait en effet éveillé l’intérêt des archéologues du SRA. Ses caractéristiques (morphologie, orientation, contexte topographique, variation de la nature du fond) extraites par télédétection, notamment hyperspectrale, ont récemment confirmé cet intérêt et apporté de nouveaux éléments.

L’opération de vérification co-dirigée par la SAMM et Hytech-Imaging / LETG Rennes (UMR6554), sous l’autorité du DRASSM, a ainsi permis de collecter des images sous-marines en plusieurs points de l’anomalie du fond. Sur cette opération délicate, dans des conditions de visibilité limitée et de courant de marée complexe au milieu du golfe, les plongeurs ont pu identifier de nouveaux éléments de caractérisation de la structure. La confrontation des résultats de télédétection et des informations in-situ alimente le travail d’analyse et d’interprétation mené avec les archéologues du SRA et du DRASSM.

Une nouvelle opération est envisagée cet été pour poursuivre ce travail.

À suivre …

[1] Guyot, A.; Lennon, M.; Thomas, N.; Gueguen, S.; Petit, T.; Lorho, T.; Cassen, S.; Hubert-Moy, L. Airborne Hyperspectral Imaging for Submerged Archaeological Mapping in Shallow Water Environments. Remote Sens. 2019, 11, 2237. https://doi.org/10.3390/rs11192237


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *